Monseigneur Ginisty et les fondateurs de l’Ossuaire de Douaumont

Monseigneur Ginisty lors de la cérémonie de la pose de la première pierre, le 22 août 1920. © Fondation Ossuaire de Douaumont

Monseigneur Ginisty lors de la cérémonie de la pose de la première pierre, le 22 août 1920. © Fondation Ossuaire de Douaumont

Événement proposé pour l’inauguration de l’exposition-dossier La création de l’Ossuaire de Douaumont (1919-1932)
Monumentaliser le deuil de masse (30 mars-28 mai 2019.)

Monseigneur Ginisty devient évêque du diocèse de Verdun le 14 mars 1913. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il s’engage fortement auprès des armées et se révèle un soutien précieux pour les combattants, les blessés, les citoyens de son diocèse et les membres du clergé. Surnommé « évêque des soldats », il reçoit en 1918 la croix de chevalier de la Légion d’honneur par le président de la République Raymond Poincaré. Choqué par ce qu’il voit en visitant les champs de bataille de Verdun au lendemain de l’armistice, il décide d’oeuvrer pour offrir une sépulture à tous les soldats dont les corps jonchent les lieux des combats. Durant l’année 1919, il associe à son projet la princesse de Polignac, veuve de guerre, venue visiter les champs de bataille, et se lance dans la constitution d’un comité de l’Œuvre dont le maréchal Pétain accepte la présidence.

La princesse de Polignac joue un rôle prépondérant dans la mise en place et le fonctionnement de ce comité, que ce soit dans le recrutement de ses membres, la communication autour du projet, la recherche des financements et la mise en œuvre du concours architectural. Reconnue par un décret le 3 décembre 1919 comme oeuvre de guerre, le Comité de « l’OEuvre du souvenir des défenseurs de Verdun, monument de Douaumont élevé à la mémoire des soldats français et alliés glorieusement sur les champs de bataille de Verdun 1914-1918 » prend rapidement une envergure nationale. Composé d’un comité d’action regroupant une trentaine de personnalités et d’un comité de patronage placé sous la protection du maréchal Foch et du président de la République Raymond Poincaré, le comité de l’Œuvre use de sa force fédératrice pour recueillir les financements nécessaires et mener à bien son projet de construction d’un monument commémoratif national.


Nicolas Czubak © Droits réservés

Nicolas Czubak © Droits réservés

Nicolas Czubak est professeur d’histoire-géographie, détaché au Service éducatif du Mémorial de Verdun, et membre du Conseil d’orientation scientifique de l’EPCC Mémorial de Verdun – Champ de bataille. Membre de plusieurs associations mettant en valeur l’histoire et le patrimoine de la Grande Guerre et guide-conférencier sur plusieurs sites de la Première Guerre mondiale, il est co-auteur d’une série d’ouvrages portant sur la Grande Guerre dont Bis zum Ende, Jusqu’au bout. Août-septembre 1914 : la Lorraine bascule dans la guerre, Éditions Serpenoise, 2013 (Prix Sergent Maginot en 2014), Les Éparges – Die Combres-Höhe (1914-1918), Français et Allemands face à face sur les Hauts de Meuse, Dacres éditions, 2014 (Sélection Bourse Histoire Prix Erckmann-Chatrian en 2015), Bloqués dans l’enfer de Meuse-Argonne. Septembre-octobre 1918 : les Américains arrêtés au nord-ouest de Verdun, Ysec éditions, 2018.

Michaël George © Droits réservés

Michaël George © Droits réservés

Docteur en histoire médiévale, Michaël George a soutenu une thèse de doctorat sur le chapitre de la cathédrale de Verdun, à laquelle il a également consacré un ouvrage de synthèse, lauréat de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France) en 2015. C’est dans ce cadre qu’il a découvert la figure de Monseigneur Ginisty et son oeuvre, à Verdun, mais aussi à Douaumont. Chercheur associé à l’EA 1132 HISCANT-MA (Université de Lorraine) et à l’équipe des Fasti Ecclesiae Gallicanae (LEM-CERCOR UMR 8584), il poursuit ses recherches sur le clergé, tout en consacrant une partie de ses recherches au patrimoine architectural et mobilier de la Meuse. Bibliothécaire de métier, il est actuellement responsable des fonds anciens et patrimoniaux de la Bibliothèque du Grand Verdun.


Autour de l’exposition

  • Samedi 30 mars – Mardi 28 mai 2019 : EXPOSITION-DOSSIER & WEB DOCUMENTAIRE / La création de l’Ossuaire de Douaumont (1919-1932). Monumentaliser le deuil de masse.
  • Mardi 9 avril  à 18H : CONFÉRENCE / Le souvenir de la Première Guerre mondiale à travers les monuments commémoratifs : l’exemple du sud meusien, avec Mickaël Mathieu
  • Dimanche 19 mai à 17H : CONCERT / In memoriam Monseigneur Ginisty, avec l’Ensemble Double Expression : Sonia Sempere (soprano), Véronique Vermeeren (violon), Emmanuel Pélaprat (harmonimum Mustel 1898)
  • Mardi 28 mai à 18H : CONFÉRENCE / Martyriums modernes. Genèse et réalisation de l’Ossuaire de Douaumont, avec Stéphanie Quantin-Biancalani

Tarif

En accès libre, dans la limite des places disponibles.
Réservation conseillée, via le formulaire ci-contre.

En partenariat avec la Fondation de l’Ossuaire de Douaumont

Logo Ossuaire de Douaumont