Louis Vierne (1870-1937)

Récital Louis Vierne, seul... Annulé

Récital Louis Vierne, seul… Annulé

ANNULÉ

Nous sommes malheureusement contraints d’annuler le récital Louis Vierne, seul… initialement prévu le 22 mars 2020, à 17h, dans l’auditorium du Mémorial.

Si une date de report est définie, nous vous la communiquerons le plus rapidement possible.

Nous sommes désolés pour ce désagrément et vous remercions pour votre compréhension.


Louis Vierne, seul…

Avec Frédérique Troivaux (piano)

Portrait de Louis Vierne devant l'hôtel des Alpes, Trient sur Martigny (Suisse) en août 1916. Collection Jean-Pierre Mazeirat

Portrait de Louis Vierne devant l’hôtel des Alpes, Trient sur Martigny (Suisse) en août 1916. Collection Jean-Pierre Mazeirat

En 2020 est célébré le cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Louis Vierne.

Le célèbre organiste de Notre-Dame de Paris dût faire face pendant la Grande Guerre à plusieurs drames personnels liés directement au Conflit. Le célèbre organiste de Notre-Dame de Paris dût faire face pendant la Grande Guerre de drames personnels liés directement au Conflit, avec la mort de son fils fusillé à l’âge de 17 ans, suivie de celle de son frère avec lequel il avait un lien privilégié, comme de souffrances physiques liées à une opération très douloureuse à l’œil qui sera un échec.

Pour Louis Vierne, le piano est  alors propice à la confession et à l’introspection : il y livre ses états d’âme, ses brûlures intérieures, ses rêves ou ses espérances (Préludes). Il invite à la contemplation (Nocturnes) ou se rapproche du monde de l’enfance, au travers de miniatures raffinées (Silhouettes d’enfants).

Louis Vierne, dont la figure musicale est à jamais liée à Notre-Dame de Paris, où il fut organiste de 1900 à sa mort légendaire en plein concert, a su dépasser largement le cadre de la musique pour orgue comme en témoigne sa production pour orchestre, musique de chambre ou pour voix. Si sa carrière connut le succès, sa vie personnelle est marquée par les épreuves de toutes sortes auxquelles il répondra par une intense activité créatrice. Il trouvait la force de vivre dans la création, ce qui donne à son message toute sa grandeur.


Frédérique Troivaux © Droits réservés

Frédérique Troivaux © Droits réservés

Frédérique Troivaux  fut élève de Bruno Rigutto durant six années, puis de Konstantin Bogino (trio Tchaïkovski) sous la direction duquel elle suivit un cycle de quatre années de perfectionnement de 1991 à 1995 à l’Académie Musicale de Portogruaro, près de Venise. Elle entre ensuite dans la classe de Mûza Rubackyté au Conservatoire Européen de Musique de Paris. Elle obtient le Diplôme d’Excellence en juin 1998. Lauréate de plusieurs concours : La Scène Française, Nerini, UFAM (musique de chambre), Maryse Cheilan, TIM, elle obtient en février 1997 une première médaille, avec félicitations du jury, au concours de piano de Brest.

Elle se produit en concert à Paris, à Montdidier, à Francières, dans les églises d’Hémévillers et d’Estrées-Saint-Denis, dans le cadre des «Concerts de Saint-Cloud», au Moulin d’Andé, en Suisse et en Italie, aussi bien en solo qu’en duo avec son frère violoniste.


TARIF

En accès libre, dans la limite des places disponibles
Réservation conseillée, via le formulaire ci-contre.


En partenariat avec les Éditions Hortus

Logo éditions Hortus.