Destin #5 – Benno Hallauer

Il avait pourtant servi son pays
Benno Hallauer

Cela fait deux jours que le docteur allemand Benno Hallauer est au fort de Douaumont. Il est venu renforcer les équipes médicales qui soignent, jour et nuit, les nombreux blessés rassemblés dans les galeries du fort. Malgré des conditions de vie et d’hygiène rudes, le fort constitue un abri sûr comme un navire insubmersible au milieu d’une tempête.

Au matin du 8 mai 1916, des cris inquiétants provenant des couloirs inférieurs, interpellent le médecin. Puis, ce sont des coups de feu qui résonnent quand soudain, d’énormes explosions retentissent de toutes leurs puissances libérant une terrible onde de choc. Toute la caserne du fort a tremblé ! Que s’est-il passé ?!

Choqué mais toujours lucide, Hallauer se précipite sur les lieux de la catastrophe envahis d’un épais nuage de fumée. Il ne voit rien, trébuche sur des corps avant de s’écrouler au sol, asphyxié par les gaz. Exfiltré du fort, il retourne pourtant à l’intérieur, bien décidé à sauver le maximum de vies. Les fumées s’estompant, il prend conscience de l’ampleur de la catastrophe : à côté de soldats hurlants, rendus fous par l’explosion, il croise de nombreux cadavres, seuls ou entassés, certains en morceaux, d’autres intacts comme figés soudainement dans la mort… Il y a pourtant des survivants, Benno Hallauer s’occupe des premiers soins et de l’évacuation des blessés. Il se démène pour sauver des centaines de vies …

Après plusieurs heures de ce travail harassant, Hallauer estime que l’explosion a fait de 700 à 800 morts… Selon lui, c’est un dépôt d’obus français, stocké dans les galeries inférieures, qui aurait explosé. L’origine de la déflagration reste incertaine : simple accident de manipulation ? tirs fratricides entre soldats allemands croyant à une attaque française ?

Le fort de Douaumont reste marqué par cette catastrophe, mais rien ne rappelle cependant l’action du médecin-major Hallauer. Malgré ce courage, qui sauva des vies allemandes, il disparaît à Auschwitz en 1943, assassiné par les nazis qui n’avaient vu en cet homme qu’un ennemi du peuple et de « race » car Juif…
Il avait pourtant servi son pays…

Découvrez d’autres destins en cliquant ici : Destins de Verdun