Quatuor à cordes dans un camp de prisonniers

Le violoncelliste Maurice Maréchal (à gauche) et le violoniste Luc Durosoir (à droite)

Le violoncelliste Maurice Maréchal (à gauche) et le violoniste Luc Durosoir (à droite)

Évènement proposé dans le cadre de l’exposition temporaire 7 millions ! Les soldats prisonniers dans la Grande Guerre (26 juin-20 décembre 2019)

Le britannique Edgar Bainton et le français Paul Paray, musiciens et compositeurs, connurent tous deux la captivité pendant la Grande Guerre. Détenus dans des conditions de détention très différentes, ils y composèrent chacun un quatuor à cordes.

Edgar Bainton (1880-1956) naquit à Londres. Ses talents musicaux furent très tôt repérés, et il joua son premier concert en tant que pianiste à l’âge de neuf ans. À seize ans il fut admis au Royal College of Music de Londres, où il étudia le piano et la composition. En 1901 il fut nommé professeur de piano et de composition au Conservatoire de Newcastle-on-Tyne, où il passa la plus grande partie de sa carrière. Au moment de la déclaration de guerre, il se trouvait à Frankfurt avec sa femme Ethel et tous deux furent immédiatement arrêtés. Ethel fut libérée après trois mois et put retourner en Angleterre, mais Edgar fut interné pendant quatre ans dans le camp civil établi par les Allemands. Il devint le responsable de l’organisation musicale du camp dont la vie culturelle fut très intense et il composa son Quatuor à cordes, entre avril et octobre 1915.

Paul Paray (1886-1979) naît au Tréport, en Normandie. Son père lui apprend les premiers rudiments de la musique et l’inscrit à la Maîtrise Saint-Evode de la cathédrale de Rouen. Outre le chant, il pratique le piano, l’orgue, le violoncelle…et les timbales. À quatorze ans, il joue de mémoire tout l’oeuvre pour orgue de Jean-Sébastien Bach, et compose un Magnificat pour les jours de fête. Henri Dallier, professeur d’harmonie au Conservatoire de Paris, en vacances au Tréport, remarque les dons du jeune homme et l’encourage à entrer au Conservatoire de Paris. Avec un Premier Prix de Rome en 1911, il part pour la Villa Médicis puis, quand la Première Guerre mondiale éclate, il rejoint le IIIe Corps à Charleroi. Il est fait prisonnier par les Allemands et passe quatre années d’une pénible captivité au camp de Darmstadt. Privé d’instruments de musique et de matériel pour écrire, c’est mentalement qu’il compose son Quatuor à cordes, qu’il mettra sur papier seulement à son retour en France.


Ken Sugita. © Droits réservés

Ken Sugita. © Droits réservés

Ken Sugita est né au Japon et étudie le violon à Tokyo, à New York et à San Francisco avant d’obtenir une maîtrise au New England Conservatory à Boston, dans la classe de Dorothy Delay. Lauréat du Governor’s Prize en Écosse, il s’est produit avec les orchestres de Nouvelle Orléans et de Jackson (E.U.). Il est membre de l’Orchestre National de Lille depuis 1987. Il joue sur un violon fait par Régis Hautin à Lille.


Paul Mayes. © Droits réservés

Paul Mayes. © Droits réservés

Paul Mayes est né en Ecosse et étudie le violon avec Jaroslav Vanecek au Royal College of Music à Londres et complète sa formation par une maîtrise de musicologie à l’Université de Cambridge. Il part ensuite aux États-Unis afin de poursuivre ses études de violon avec Franco Gulli à l’Université d’Indiana. Membre de l’Orchestre de Lille depuis 1980, il en est alto-solo depuis 1985. Passionné de la musique de chambre, il est directeur artistique de l’association Chambre à part.


Ermengarde Aubrun. © Droits réservésErmengarde Aubrun a obtenu son diplôme de Master au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Françoise Gnéri en juin dernier. Passionnée par la pratique orchestrale elle est académiste à l’Orchestre de Paris en 2012, puis stagiaire à l’Orchestre symphonique de la WDR de Cologne en 2014. Elle a aussi été membre de l’Orchestre Français des Jeunes et du Gustav Mahler Jugen-dorchester. Ermengarde a remporté récemment un poste d’altotuttiste à l’Orchestre national de Lille. Elle est membre de l’Ensemble Osmose depuis 2012.


David Smolarski. © Droits réservés

David Smolarski. © Droits réservés

Né à Lille, fils de musiciens, David Smolarski commence le violoncelle dès son plus jeune âge. Il intègre la classe de Jean-Christophe Lannoy au conservatoire de Lille, où il obtient une médaille d’or en violoncelle et en musique de chambre. Il étudie par la suite avec Florian Lauridon à Paris et Marie Hallynck à Bruxelles ainsi qu’avec Roberto Soldatini à Potenza en Italie. David joue régulièrement à l’Orchestre national de Lille et participe à de nombreux projets de musique de chambre.


Autres évènements en lien

  • Mercredi 26 juin – vendredi 30 décembre 2019 : EXPOSITION TEMPORAIRE / 7 millions ! Les soldats prisonniers dans la Grande Guerre
  • Mercredi 26 juin – 9h00-20h00 : JOURNÉE D’ÉTUDE / Les soldats prisonniers dans la Grande Guerre
  • Jeudi 19 septembre à 18h : CINÉ-DÉBAT / Le Drapeau de l’humanité. Avec Marina Meier
  • Vendredi 4 octobre à 18h : CONFÉRENCE / De Verdun à Wülzburg, la captivité du capitaine Charles de Gaulle pendant la Première Guerre mondiale. Avec Frédéric Fogacci
  • Jeudi 17 octobre à 18h : CINÉ-DÉBAT / La Grande Illusion. Avec Clément Puget

Tarif

En accès libre, dans la limite des places disponibles
Réservation conseillée, via le formulaire ci-contre.

En partenariat avec les Éditions Hortus

Logo éditions Hortus.