Le lieutenant-colonel Driant et le général de Castelnau

Destins croisés de deux hommes illustres dans les premières heures de la bataille de Verdun

Les combats du Bois des Caures (février 1916.) Un obus de 210 arrive de plein-fouet sur le poste de commandement du lieutenant-colonel Driant. Collection Mémorial de Verdun

Les combats du Bois des Caures (février 1916.) Un obus de 210 arrive de plein-fouet sur le poste de commandement du lieutenant-colonel Driant. Collection Mémorial de Verdun

Si le nom du lieutenant-colonel Driant demeure bien ancré dans la mémoire de la bataille de Verdun, celui du général de Castelnau reste plus lointain. Pourtant, l’un comme l’autre ont joué un rôle crucial, à leur niveau de commandement, lors des premiers jours de la bataille.

A l’occasion de l’acquisition récente et la présentation dans l’exposition permanente du fanion de commandement du défenseur du Bois des Caures et d’un des sabres de celui qui fut l’un des meilleurs généraux français de la Grande Guerre, le Mémorial de Verdun vous propose d’en savoir plus sur ces deux personnages illustres.

Autour d’une table-ronde animée par Nicolas Czubak du Service éducatif du Mémorial de Verdun, Benoît Chenu, arrière-petit-fils du général de Castelnau, et le général Fournier, président de la Promotion de Saint-Cyr « Lieutenant-colonel DRIANT », vous proposent de découvrir le parcours de ces deux hommes, dont le destin s’est croisé à plusieurs reprises, avant et pendant la Première Guerre mondiale.

Cette conférence reviendra sur les préparatifs et les premiers jours déterminants de la bataille de Verdun. Le fanion de commandement du lieutenant-colonel Driant et le sabre du général de Castelnau seront présentés par Natacha Glaudel, chargée des collections au Mémorial de Verdun.


Nicolas Czubak © Droits réservés

Nicolas Czubak © Droits réservés

Nicolas Czubak, est professeur d’histoire-géographie, détaché au Service éducatif du Mémorial de Verdun, et membre du Conseil d’orientation scientifique de l’EPCC Mémorial de Verdun – Champ de bataille. Membre de plusieurs associations mettant en valeur l’histoire et le patrimoine de la Grande Guerre et guide-conférencier sur plusieurs sites de la Première Guerre mondiale, il est l’auteur d’une série d’ouvrages portant sur la Grande Guerre dont Bis zum Ende, Jusqu’au bout. Août-septembre 1914 : la Lorraine bascule dans la guerre, Éditions Serpenoise, 2013 (ouvrage co-écrit avec Kévin Goeuriot) (Prix Sergent Maginot en 2014), Les Éparges – Die Combres-Höhe (1914-1918), Français et Allemands face à face sur les Hauts de Meuse, Dacres éditions, 2014 (ouvrage co-écrit avec Pascal Lejeune) (Sélection Bourse Histoire Prix Erckmann-Chatrian en 2015), Bloqués dans l’enfer de Meuse-Argonne. Septembre-octobre 1918 : les Américains arrêtés au nord-ouest de Verdun, Ysec éditions, 2018 (ouvrage co-écrit avec Yves Buffetaut).


Général Henry-Jean Fournier © Droits réservés

Général Henry-Jean Fournier © Droits réservés

Admis à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr en 1965, le général Henry-Jean Fournier appartient à la promotion « Lieutenant-colonel DRIANT », dont il est le secrétaire-président de promotion.

Officier d’infanterie, breveté de l’Ecole Supérieure de Guerre, il a notamment commandé, le 152ème Régiment d’Infanterie, prestigieux régiment des « Diables Rouges » et servi dans différents postes d’état-major. Il a terminé sa carrière en 2000, après avoir été chef d’état-major des forces françaises en ex-Yougoslavie, puis chef d’état-major de la Région Militaire de Défense Atlantique (Bordeaux). Ses fonctions de responsable de sa promotion de Saint-Cyr l’ont amené à s’intéresser et à promouvoir le souvenir du Lieutenant-colonel Driant, notamment à travers sa participation à la création d’un musée qui lui est dédié, dans sa ville natale à Neufchâtel-sur-Aisne (Aisne) et la conception d’une exposition « Les Chasseurs de Driant, des héros ordinaires » présentée en 2016 à Vacherauville (Meuse). Dans le cadre de l’association des « Amis du Musée Driant », il a publié en collaboration avec Jérôme Driant, arrière-petit-fils du colonel, une biographie d’Emile Driant et un ouvrage relatant le combat du Bois des Caures. Le général Henry-Jean Fournier est officier de la Légion d’honneur et chevalier des Palmes académiques.


Benoit Chenu. © Droits réservés

Benoit Chenu © Droits réservés

Arrière-petit-fils du général de Castelnau, officier de réserve, Benoît Chenu manifeste depuis toujours une passion pour l’histoire militaire avec un intérêt particulier pour la période 1914-1918.

Ancien cadre dirigeant au sein d’un grand groupe bancaire, il est membre de l’Académie des Sciences morales de Versailles et de l’Ile de France et consacre depuis le 1er octobre 2017 son activité à la recherche historique, à la publication d’ouvrages d’histoire militaire et à la tenue de conférences. Il publie en octobre 2017 un ouvrage dédié à son arrière-grand-père, Castelnau, « Le quatrième maréchal » 1914-1918, aux éditions Bernard Giovanangeli, dans lequel il apporte notamment à son analyse du haut commandement militaire français de cette époque, son expérience des grandes organisations.


TARIF

En accès libre, dans la limite des places disponibles.
Réservation conseillée, via le formulaire ci-contre.